Sois tranquille

17 Décembre, 2021

Vous trouverez ci-dessous une réflexion personnelle écrite par Louisa Bruinsma. Nous espérons qu’elle inspirera votre propre pratique de l’immobilité ou de la pause sacrée pendant la saison de l’Avent, alors que nous attendons la lumière ou que nous commençons à apprécier les merveilles de l’hiver de la Création. Pensez à utiliser la ressource Take a Sacred Pause (en anglais) de Pour l’amour de la Création pour guider votre pratique.

Sois tranquille

Par Louisa Bruinsma

Les 18 derniers mois nous ont-ils appris quelque chose? Ces moments où nous avons renoncé aux visites au restaurant, aux câlins aux petits-enfants ou aux grands-parents, où nous avons chanté avec ardeur des hymnes à l’église, où nous nous sommes confinés chez nous – ces moments nous ont-ils fait grandir spirituellement d’une quelconque manière?

Oui. Et, pour être juste – avec une divulgation complète – je suis une personne “retraitée”, avec une pension, qui aime être à l’extérieur, qui vit avec la (même) épouse depuis 47 ans, et dont les trois enfants et les trois petits-fils vivent dans la même ville. J’admets donc que mes commentaires proviennent d’un lieu de privilège pendant la pandémie.

COVID a été un moyen de me faire prendre conscience de qui je suis et de ma (toute petite) place sur la terre de Dieu.

Si j’ai mis le mot “retraité” entre guillemets, c’est parce que je n’étais pas complètement “retraité” pendant le COVID. Je continue à enseigner l’ESL (English as a Second Language) six heures par semaine. J’ai dû apprendre à le faire via ZOOM. De plus, j’ai dû montrer à 26 étudiants (dont beaucoup de seniors, tous ne connaissant pas l’anglais, beaucoup n’ayant pas de compétences informatiques) à apprendre ZOOM pour qu’ils puissent suivre les cours. Je l’ai appris, ils l’ont appris, et – merveille des merveilles – cela a fonctionné, et c’était le point culminant de la semaine pour de nombreuses personnes qui ne pouvaient pas sortir de chez elles, qui ne pouvaient pas visiter une bibliothèque ou une épicerie, mais qui pouvaient rire et apprécier la compagnie des autres à des moments où leur communauté était inexistante. La technologie était un cadeau, et le bonus est que maintenant beaucoup de mes étudiants peuvent ZOOM avec leurs parents partout dans le monde.

Je vis à Edmonton. Les hivers sont froids. Vraiment froids. Mon mari et moi, quelle que soit la température (même à -25°C), marchions quotidiennement 5 km dans le parc de la vallée de la rivière près de notre maison. Au printemps 2020, nous avons eu la chance de voir grandir une famille de hiboux grands-ducs – la mère, le père et trois jeunes. Nous avons fait remarquer les hiboux chaque fois que nous avons rencontré des gens qui se promenaient. Leur joie incroyable de voir “nos” hiboux était incroyable. Les gens nous remerciaient ensuite – comme si nous pouvions nous attribuer le mérite de la présence des chouettes. Petit à petit, une foule de groupies est venue chaque jour, beaucoup avec leur long téléobjectif. Les moments d’émerveillement ont été une expérience indescriptible.

Family of Great Horned Owls in a tree

Famille de grands-ducs d’Amérique (Crédit photo: Louisa Bruinsma)

Comme les jours rallongent, nous avons apporté un petit sac de graines de tournesol lors de notre promenade pour les mésanges. Nous étions sûrs qu’elles commençaient à reconnaître le chapeau Tilley de mon mari, car elles nous harcelaient dès qu’elles nous voyaient, et venaient à nos mains tendues avant même que nous ayons des graines. Un jour a été particulièrement poignant. En nourrissant les mésanges, nous avons rencontré un couple dont la fille avait disparu dans le parc trois ans auparavant. Nous avons partagé nos graines avec eux pour nourrir les mésanges. Après que la mère ait senti les petites pattes de la mésange sur sa main, elle nous a dit qu’elle était maintenant rassurée de savoir que sa fille allait bien. La mésange lui avait apporté cette assurance.

Il y avait quelque chose dans le rythme de ces promenades quotidiennes qui nous donnait un sentiment de repos inexplicable. Ce printemps, nous avons vu un couple de couleuvres, des tamias, un grand pélican, un castor nous avertissant d’un coup de sa queue majestueuse, et une fois une belette blanche camouflée par la neige. Tout cela, en plein milieu de la ville d’Edmonton. Aujourd’hui, j’ai cueilli des amélanches lors de notre promenade. Elles étaient sucrées au-delà de toute croyance.

Nous avons rencontré nos enfants et petits-enfants à l’extérieur, emmitouflés dans des couches de manteaux et de couvertures, autour d’un foyer, avec du chocolat chaud et du Baileys. Il y avait là quelque chose de doux, de spécial et de bon.

Au milieu de l’anxiété et de la peur du COVID, notre grand Dieu nous materne et nous rappelle qu’il prend soin de notre monde d’une manière que nous ne pourrons jamais imaginer. C’est le cadeau de rester immobile, et d’écouter la création. Elle parle, et COVID a donné à certains d’entre nous le cadeau du temps pour écouter. La création peut gémir, mais COVID nous a permis d’écouter la création chanter.

Woman with arm extended and bird sitting on her hand

Louisa with a chickadee